Télé-travail et voyage : découverte de la communauté des Digital Nomads.

Durant mes dernières vacances à Tarifa, j’ai eu l’occasion de découvrir la communauté des Digital Nomads. Voici un article sur cette communauté.

Team Digital nomads novembre 2015 - couché de soleil, plage

Team Digital nomads novembre 2015 – couché de soleil, plage

En vacances pour deux semaines dans la petite ville de Tarifa, spot de kite-surf à l’extrême sud de l’Espagne, je voguais au fil des rencontres, et des soirées du centre ville. Allemands, Anglais, Italiens, Marocains, Français : même début novembre, cette ville reste assez dynamique et attire des gens des quatre coins d’Europe et du monde grâce au kite-surf et à son ambiance chaleureuse et conviviale.

Allant donc de rencontres en rencontres, parlant espagnol avec des Allemands, et anglais avec des espagnols, tout en mélangeant trois langues dans la même phrase en fonction des interlocuteurs… une jeune cadre marocaine dans le monde de la finance finit par m’informer de l’existence d’une communauté appelée « Digital Nomads » implantée sur Tarifa (Facebook Digital Nomads Tarifa (groupe fermé)). J’avais dû lui lâcher quelques détails sur mes envies de travailler en voyageant, et me voila présenté au boss « Digital Nomads » du coin.

C’est un Allemand trentenaire qui a investi dans l’immobilier sur Tarifa, et qui accueille régulièrement des voyageurs dans une multitude d’appartements « Digital Nomads compatible » (à comprendre : colloc, connexion wifi ok, prix relativement élevé, et accès à des services de coworking). Il organise aussi des Nomad Cruise, une croisière orienté Digital Nomads. Mouais, ça sens le business à plein nez cette histoire, mais j’aime bien le concept donc je décide d’aller à la rencontre des autres, et d’en savoir plus sur eux !

Le frenchie qui prépare la bouffe, so "cliché"

Le frenchie qui prépare la bouffe, so « cliché » (légume farcis quand même hein…)

Je fini par sympathiser avec tout une troupe de graphistes, copywriters, développeurs, chargés d’affaires, consultants,… et tout ce beau monde venez de différents pays. Mais c’est génial ! Tout ces gens travaillent soit en indépendant, soit en salariés en télé-travail, et décident de poser leur « bureau provisoire » là ou ils le souhaitent, et d’en changer régulièrement au gré des envies. Je suis ravi de voir fonctionner ça de mes propres yeux, et de pouvoir passer du temps avec ces gens là.

Le point de chute des digital nomads de Tarifa est « La cocotera« , un centre de coworking offrant quelques dortoirs en plus, et des services de base pour les voyageurs numériques.

J’avoue que je serai vraiment tenté par l’expérience, et j’y réfléchi de plus en plus depuis quelques mois. N’ayant pas encore trouvé l’opportunité de pouvoir vivre ça, je garde le projet en tête, et qui sait ? Peut-être qu’un jour moi aussi je pourrai bosser depuis des endroits paradisiaques ou bien vivre quelques mois plongé dans une autre cultures sans être « un touriste de base »…

Digital nomads : de belles rencontres et de nouveaux liens créés

Digital nomads : de belles rencontres et de nouveaux liens créés

Le hic c’est qu’il faut soit trouver un patron super cool (cqfd : télé-travail compatible, un patron plug-and-play quoi… 🙂 ), ou bien être assez rodé en tant qu’indépendant pour financer le projet. Donc on verra bien comment ça se présente, mais maintenant je ne pourrais plus m’empêcher d’en rêver de temps en temps… Quelle meilleure manière de découvrir le monde quand on a 30 ans, franchement ? Oui, bon, on peux gagner au LOTO aussi, je sais, mais je suis pas joueur à ce niveau la 🙂 🙂

MA copywriteuse préférée, une bavaroise argentine

Sabrina : MA copywriteuse préférée, une bavaroise argentine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *